La thyroïde est une petite glande en forme de papillon située dans le cou ; je suis bien placée pour comprendre que les dérèglements de cette glande peuvent engendrer un profond mal-être physique et psychique.

Les chiens sont également touchés par ces dérèglements, comme expliqué dans l'article ci-dessous :

Lire l'article sur Science et Avenir : http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/20141209.OBS7357/chien-agressif-pensez-a-faire-verifier-sa-thyroide.html

"Chien agressif ? Pensez à faire vérifier sa thyroïde


COMPORTEMENT

Un chien de mauvaise humeur n'a pas juste mauvais caractère. C'est souvent un animal qui souffre. Cela peut être dû à une maladie imperceptible chronique (arthrose, insuffisance rénale) ou profonde (cancer) qui induit douleurs et mal-être .

Et si le chien devient agressif, semble lunatique, paranoïaque, ou intouchable, cela pose rapidement un véritable problème. Au point que certains personnes envisagent une solution radicale (séparation, voire euthanasie).

Avant d'en arriver à ces extrémités, Valérie Dramard, vétérinaire comportementaliste et auteur du livre Troubles du comportement du chien : et si c’était la thyroïde (chez Point vétérinaire, 2010) recommande vivement une analyse de sang afin d'y déceler un éventuel dysfonctionnement de la glande thyroïdienne (ou thyroïde) du chien.

La thyroïde est une glande endocrine cervicale située dans le bas de la gorge. Elle produit des hormones nécessaires à tout l'organisme.

L'hypothyroïdie, facteur d'agressivité

"Un changement  de comportement peut relever d'un déficit en hormones thyroïdiennes, explique Valérie Dramard. Même si cela peut paraître paradoxal, un chien nerveux, colérique peut souffrir d'hypothyroïdie". 

En effet, chez l'homme, l'hypothyroïdie passe pour être associée à de la fatigue et à une prise de poids (et l'hyperthyroïdie à une hyperactivité et un amaigrissement). Toutefois les choses ne sont pas systématiques. Par exemple, seuls 40% des personnes souffrant d'hypothyroïdie prennent du poids ; donc la majorité n'en prend pas, et certains même peuvent en perdre. 

Un chien nerveux, colérique peut souffrir d'un déficit en hormones thyroïdiennes" - Valérie Dramard, vétérinaire comportementaliste.

HYPERACTIVITÉ

D'autre part, chez le chien, "l'hyperthyroïdie est très rare, poursuit la vétérinaire, car elle est généralement d'origine cancéreuse et l'animal meurt cinq à six mois plus tard". Ce n'est donc pas l'hyperthyroïdie qui peut causer l'agressivité d'un chien sur le long terme.

Selon Valérie Dramard : "Chez le chien, le manque de sécrétion d'hormones thyroïdiennes provoque une fatigue et une irritabilité : certains se transforment alors en véritables piles électriques !". Reste que, bien sûr, toute agressivité n'est pas liée à une hypothyroïdie, mais il faut y penser et explorer cette hypothèse. 

Une maladie hormonale très fréquente

Surtout que l'hypothyroïdie est la maladie hormonale la plus fréquente chez le chien. Elle devance même le diabète. "Certains cas d'hypothyroïdie ne sont d'ailleurs pas recensés, car les chiens maigres sont rarement testés", ajoute  la vétérinaire. 

CAUSES

"On connaît un mécanisme originel : chez le chien, l'hypothyroïdie serait causée par une maladie auto-immune qui s'apparente à la maladie d'Hashimoto chez l'homme. De fait, des anticorps attaquent son propre organisme. Ces "auto-anticorps", les anti-T4, créent une inflammation chronique. La glande thyroïdienne fonctionne alors moins bien et s'atrophie".

D'autres mécanismes pourraient également être en cause. À savoir un problème de récepteurs d'hormones, ou un problème de transformation de l'hormone thyroïdienne de réserve (T4) en hormone thyroïdienne active (T3).

SYMPTÔMES

Quels sont les signes qui doivent alerter ? Valérie Dramard présente différents cas sur une page Facebook dédiée : "Les changements d'humeur sont un indice : par exemple si le chien est lunatique, avec des jours où il est plus agressif que d'autres, ou si le chien l'est plus généralement le soir, quand il est fatigué". 

Outre l'humeur, la frilosité, la faim, une peur excessive, des problèmes de peau, de poids (maigreur ou au contraire obésité) et des troubles digestifs peuvent être des symptômes d'hypothyroïdie.

 

Alice, maigre et avec des problèmes d'odeur et de peau à gauche ; musclée et en pleine forme à droite après 10 mois de traitement aux hormones thyroïdiennes.

Plus frappant, les chiens se couchent parfois dans des postures étranges, semblant inconfortables : les pattes recroquevillées (signe d'amyotrophie), corps et pattes non alignés...

 

À gauche, Oban, Léonberg de 2 ans, souffrant d'hypothyroïdie, présenté pour peurs excessives avec des phases d'hyperactivité. À droite, amyotrophie et postures étranges chez un Berger allemand de 2 ans, agressif envers ses congénères.

TRAITEMENT

Ces postures désarticulées sont dues à un manque de muscles, ces derniers ayant besoin d'hormones thyroïdiennes pour se développer. "Quelques mois de traitement aux hormones thyroïdiennes, sous forme de comprimé ou de liquide, suffisent à résoudre tous ces problèmes, y compris l'agressivité, avance la vétérinaire comportementaliste. En revanche, le traitement ne peut être arrêté sous peine de voir les symptômes réapparaître".

Heureusement, ces médicaments ne coûtent pas très cher. "Une maladie qui se soigne et peu onéreuse, ce serait vraiment dommage de ne pas penser à la dépister", conclut Valérie Dramard."



Je profite de cet article pour rappeler que les techniques dites des "coups de sonnettes", de "l'hélicoptère", de la "pendaison", ou encore (poésie, quand tu nous tiens) du "soleil", techniques qui consistent à étrangler le chien par le biais du collier, voire de le faire décoller du sol afin de lui apprendre la marche au pied et/ou la soumission, ne sont pas sans danger pour cette glande thyroïdienne, ainsi que pour les cervicales, les muscles, l'oesophage, la trachée, les artères, etc. situés dans le cou du chien.

Que ce soit avec un simple collier plat, comme avec un collier étrangleur (sic) ou pire, un collier à piques ...